Sic transit gloria mundi

Le blog de Keyvan Nilforoushan

Le blog

Lors de l’intronisation d’un pape, l’usage voulait qu’un moine se présente par trois fois pour brûler à ses pieds une mèche d’étoupe et lui rappeler Sic Transit Gloria Mundi – ainsi passe la gloire du monde – le rappelant ainsi à sa propre mortalité…

Abraham Lincoln, quant à lui, se rappelait dans les jours de grande détresse que les malheurs du monde sont aussi mortels que ses heurs en reprenant à son compte This too shall pass, la phrase du poète persan Attar : “How chastening in the hour of pride! How consoling in the depths of affliction!”

Et Paul Valery enfin, nous rappelait que ce Memento Mori trouve tout autant à s’appliquer à nous autres, civilisations, qu’à nous autres mortels.

Rien de bien nouveau, en somme !